22 avril 2017

Naufrage aux Issambres

C'est ce qu'un capitaine ne voudrait jamais voir : son bateau sur les rochers.

C'est pourtant arrivé : la bouée d'amarrage s'est rompue et Shrubb a été emporté sur un plateau rocheux à courte distance.

Suite à cette catastrophique nouvelle, j'ai reçu de nombreux témoignages d'inquiétude et de sympathie, merci à tous ! Cet article sera mis à jour quotidiennement pour vous tenir informés de la suite des événements.
   
 22 avril : en fin de journée arrivent simultanément plusieurs messages : alerte par SMS de la balise satellite indiquant une sortie du périmètre de surveillance, appels de la Gendarmerie maritime et de la Capitainerie des Issambres. Sur place, bien qu'étant prévenu, le spectacle est glaçant. Shrubb est posé sur des rochers plats, stable, sans dégât apparent. Les amarres sont dans l'eau, on ne peut en voir plus.



En ce samedi soir, les gendarmes apportent toute leur aide mais impossible de faire intervenir qui que ce soit. Un contact est tout de même établi avec l'entreprise de remorquage TMML du Lavandou.

23 avril : avec l'équipement adapté, je peux monter à bord et procéder à un premier examen. La rupture du mouillage s'est produite sur la tige de la bouée. Les amarres et la pièce d'attache sont intactes.


A l'intérieur, c'est inondé : voie d'eau sur les deux coques. On distingue une fissuration irrégulière sous l'eau.
 

Armelle et moi vidons le bateau de tout ce qui peut être volé : électronique, outils, pièces et objets divers. Le transport sur les rochers recouverts d'eau est périlleux mais nous sortons une dizaine de sacs pleins.



24 avril : journée entière au téléphone. Après plusieurs contacts auprès d'entreprises plus proches qui ne répondent pas, ou disent rappeler et ne rappellent pas, nous gardons TMML comme interlocuteur. Ses plongeurs viennent le jour même faire un premier repérage en vue du remorquage. La gendarmerie maritime fait des rondes régulières et reste en contact permanent.
L'assurance, sans surprise, fait jouer la clause d'exclusion liée au mouillage et ne prend pas en charge.
Le Chantier Naval des Marines de Cogolin est le seul à proximité pouvant accueillir cette taille de bateau. Il accepte de prendre Shrubb, sans fixer de date.

25 avril : déplacement au Lavandou, rencontre avec M. Pegliasco, directeur de TMML, qui présente son devis. Mise au point des détails et du calendrier en fonction de la météo. 
Le Chantier Naval est de nouveau contacté pour établir un rendez-vous : aucune possibilité de prise en charge avant le 3 mai ! Quels seront les dégâts au bateau après 8 jours de plus dans cette position ??
Sur place, les riverains ne parlent bien sûr que de ça mais il n'y a pas d'attroupement. Quelques observateurs semblent bizarres. La Gendarmerie maritime, régulièrement informée, poursuit ses rondes de jour comme de nuit. 

26 avril : épisode bancaire, le montant du remorquage est réuni et viré en urgence. Une équipe de TMML vient arrimer le bateau par chaînage pris sur les rochers. L'eau est pompée et un colmatage est effectué sur les voies d'eau. Le bateau est prêt à être remorqué, il n'y a que la disponibilité du Chantier Naval qui bloque désormais. La date du 3 mai est confirmée.



La coque tribord s'est nettement enfoncée mais la position du bateau reste inchangée. Le vent et la houle d'est donnent des chocs modérés mais réguliers qui font résonner le gréement.
Quelques curieux viennent observer mais restent à distance. Pas de vol ni de vandalisme jusqu'ici. La mer agitée et les rochers glissants sont assez dissuasifs.
Après l'accablement des premiers jours et malgré l'adversité, nous allons tout faire pour sauver le bateau. Ce n'est pas encore une épave. Mais les 8 jours restants vont être longs.

27 avril : retour sur le bateau pour récupérer les voiles d'avant que les plongeurs ont sorties pour avoir accès aux soutes, avec l'aide précieuse de nos voisins et amis Françoise et Dominique. Nous récupérons aussi l'ancre et quelques objets. A l'intérieur, les planchers sont mis hors d'eau et j'assure le génois en prévision du coup de vent prévu la nuit prochaine. Les moteurs sont sous l'eau...

L'équipe de TMML poursuit les opérations de pompage et colmatage et nous aide au transport des objets lourds.

Après le refus de garantie par l'assurance, la Gendarmerie maritime a enfin obtenu des Affaires Maritimes l'envoi d'une mise en demeure pour justifier les opérations d'urgence. La position de l'assurance semble bien légère, et le dossier est mis entre les mains d'un avocat spécialisé.




28 avril : heureusement il ne s'est rien passé après une nuit de fort mistral, rafales annoncées à 40 nœuds ; vent de terre, mer plate. Rien n'a bougé.


Un expert maritime est missionné pour la sortie d'eau, toujours prévue le 3 mai. L'assurance a résilié le contrat.
On attend...

29 avril : statu quo. Le colmatage réalisé par les plongeurs tient bien.



La météo annonce un nouvel épisode venté pour le 2 mai mais toujours d'ouest, sans risque de vagues fortes.

Toujours pas de fort vent d'est en vue. Une chance...










30 avril : pas de vent, pas de mer. Pas de signe de malveillance. L'inaction est pesante...


1er mai : beaucoup de vent, heureusement d'ouest. Les batteries ne sont plus chargées et s'affaiblissent de jour en jour, mais la balise tracking émet toujours. 



2 mai : la nuit a été très ventée jusqu'au matin. La journée s'ouvre sur des conditions presque calmes, sans vagues. 
Les voilages de cockpit ont été un peu chahutés mais pas d'autres dégâts. Les plongeurs de TMML sont de nouveau sur les lieux pour la préparation des manœuvres de retirement.
Demain ce cauchemar doit s'achever, tous les acteurs sont de nouveau contactés et le plan de retirement est confirmé. La météo est aussi bonne que possible : très peu de vent, pas de houle.

3 mai : il a fallu plus de 4 heures pour dégager le bateau de son piège rocheux. Après remorquage et mise à terre, le bateau est examiné par l'expert et différents corps de métiers. Les dégâts sont considérables, au-delà du réparable. Shrubb ne sera pas remis à l'eau.
Je ne publie pas la vidéo des opérations, qui ne donnerait que le spectacle d'une douloureuse agonie, juste un cliché...


Fin amère de cinq années de navigations formidables sur cette monture exceptionnelle.

Merci aux nombreux témoignages de réconfort qu'Armelle et moi recevons chaque jour.

14 commentaires:

  1. Anonyme26/4/17

    Chers Olivier et Armelle. Nous sommes tristes et de tout cœur avec vous. Encore bon courage pour surmonter cette catastrophe, en espérant que le vent reste modéré les prochains jours. En toute amitié. Irène et Jean-Pierre K

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. C'est dure, meme pour moi, de voir votre bateau comme ca. Je veux pas immaginer pour Vous. Je reste toujours a disposition si vous avez besoin d'aide pour n'importe quel travail. En esperant de pouvoir voir tres tot le Capitain encore à l'action. Bon courage, bisou. Mauro

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme3/5/17

    Bonjour Olivier,
    Je suis passé ce matin devant le bâteau et j'ai vu je pense le remorqueur qui va ramener "Shrubb" à bon port !
    Je croise les doigts pour que tout se passe au mieux et que tu en en termines enfin avec ce cauchemard !
    Courage !
    Amitiés
    Alexandre

    RépondreSupprimer
  5. alain Chotard4/5/17

    L'impossible est toujours possible.Olivier et Armelle on pense bien à vous.
    Amitiés.
    Alain et Lulu

    RépondreSupprimer
  6. Bonsoir Olivier,
    Je suis depuis maintenant près de 5 ans vos aventures au travers des différents blogs (Teles, Schrubb), j'ai pu au travers de ces lectures m'évader et profiter de tous les jolis paysages que vous avez pu nous montrer. Mon père narre de façon régulière ses "Transats" dont vous êtes un des acteurs principaux. Alors c'est avec beaucoup de sincérité et de tristesse que je vous souhaite du courage et de l'énergie pour les prochaines étapes.
    Nicolas CHOTARD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nicolas, Shrubb devait beaucoup à Alain votre père qui n'a pas compté ses heures pour m'aider à l'améliorer sans cesse. J'en suis désolé pour lui. Mais il y aura d'autres aventures !

      Supprimer
  7. Bonjour, je suisvais aussi votre blog pour avoir des idées de lieux pour mes propres navigations.
    Quel malheur... avec un ancien voilier j ai "frotté" ces satanés haut fond des issambres.
    Je suis un peu surpris qu'avec votre expérience vous ayez amarré votre bateau sur la tige de la bouée au lieu de la chaine qui tient la bouée ? (La tige ne servant qu'à attrapé la bouée - si cela peu servir a d'autre marin pour l'avenir)
    Vous dites irréparable ? A quel point ? (Si vous vendez je peut être intéressé)
    Cordialement david

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour David, je me suis conformé aux indications du vendeur, il n'y a pas d'autre possibilité d'amarrage de par la conception de cette bouée. Laissez-moi votre mail pour d'autres échanges.

      Supprimer
    2. Ah! J'apprend quelque chose. Je ne savais pas cela. Merci
      Mon mail datainfoservices aro ba se gmail point com

      Supprimer
  8. Dear Olivier, I saw you boat in the Cogolin shipyard a couple of days ago and I truly feel for you both. Although the hull damage does look scary, have you investigated the possibility of having the boat repaired ? I suspect she is repairable, but whether this is worth doing may depend on what other damage there is inside the boat, eg engines and equipment. Are you likely to be able to make a claim against the insurance company or the supplier of the mooring buoy owners in Les Issambres ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi Nick, thank you for your compassion ! I got a survey and a quotation for an exhaustive repair, which should include hull damage, electric network, upholstery and many items. It is not impossible but at too high cost, above the boat's previous value, and not likely matching the insurance coverage. Really sad because the engines seem to be untouched (I took immediate care after tugging) and most equipments are up to date or completely new. The buoy was mine and had an unexpected failure, although checked some months ago. The insurance eventually opened a file after my first claim and I hope to recover what is agreed by contract. I have a strongly committed lawyer...

      Supprimer
  9. Bonjour Olivier,

    Fidèle lecteur de votre blog (dont je vous félicite au passage ainsi que de la pertinence de vos interventions sur le forum STW). Comme vous je suis amateur de catamaran de grande croisière.
    C'est avec beaucoup de tristesse que je viens de prendre connaissance de la fortune de mer dont vous avez été victime. Comme quoi la vie d'un bateau tient parfois à très peu de chose malgré l'expérience et le sens marin du capitaine.
    Bon j'espère que l'assurance sera à la hauteur pour que vous puissiez à nouveau rebondir vers d'autres belles navigations.
    J'ai aussi vu sur le forum que vous aviez quelques catamarans en vue. Vers quel modèle regardez-vous? Catana?

    Je vous souhaite de rapidement retrouver la belle bleue à la barre de votre nouvelle unité et en espérant peut-être un jour vous croiser dans un mouillage.

    Salutations nautiques

    Patrick

    RépondreSupprimer
  10. Merci Patrick, en effet tout dépendra du respect du contrat par l'assurance. Je mettrai cet article à jour dès qu'il y aura du nouveau.

    RépondreSupprimer

Laissez vos commentaires ici